Call Us Today! 1.555.555.555|info@yourdomain.com

Sagesses et Citations

>>Sagesses et Citations
Sagesses et Citations2018-06-04T09:02:47+00:00
Auteurs / SourcesTextes
Adémar De Barros - Poète BrésilienLa trace sur le sable

Dans la nuit de Noël, j'ai eu un songe.
J'ai rêvé que je cheminais sur la plage en
compagnie du seigneur.
Et que, dans la toile de ma vie,
Se réfléchissaient tous les jours de ma vie.

J'ai regardé en arrière et j'ai vu jusqu'à ce jour,
Où le film de ma vie se déroulait,
Surgissait des traces sur le sable.
L'une était mienne, et l'autre était celle du
Seigneur.

Ainsi, nous continuions à marcher.
Jusqu'à ce que tous mes jours fussent achevés.

Alors, je le suis arrêté, j'ai regardé en arrière.
J'ai retrouvé alors qu'en certains endroits,
il y avait seulement une empreinte de pieds.
Et ces lieux coïncidaient justement avec
les jours les plus difficiles de ma vie, les
jours de plus grande angoisse et de plus
grande peur et de plus grande douleur.

J'ai donc interrogé,
Seigneur, tu m'as dit que tu étais avec moi
Tous les jours de ma vie.
Et j'ai accepté de vivre avec toi.
Mais pourquoi m'as-tu laissé seul dans les pires moments de ma vie?

Et le seigneur répondit
Mon fils, je t'aime, j'ai dit que je serais avec
toi durant toute la promenade et que je ne te laisserais pas une minute?
Et je ne t'ai pas abandonné.
Les jours où tu as vu à peine une trace sur le
sable, furent les jours où je t'ai porté.
Albert Einstein''Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.''
Albert Einstein''Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.''
Albert Einstein ''Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité.''
Albert Einstein''La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Si la pratique et la théorie sont réunies, rien ne fonctionne et on ne sait pas pourquoi.''
Albert Einstein''Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le cœur des hommes.''
Albert Einstein''Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mis dans les mains d'un psychopathe.''
Albert Einstein''L'imagination est plus importante que le savoir.''
Albert Einstein''Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.''
Albert Einstein''Il n'y a que deux façons de vivre sa vie : l'une en faisant comme si rien n'était un miracle, l'autre en faisant comme si tout était un miracle.''
Albert Einstein ''La vie, c'est comme une bicyclette,
il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre.''
Albert Einstein''Il est hélas devenu évident aujourd'hui que notre technologie a dépassé notre humanité.''
Albert Einstein"Il n'y a pas de question idiote, seule une réponse peut être idiote."
Albert Einstein''Ce qui fait la vraie valeur d'un être humain, c'est de s'être délivré de son petit moi.''
Albert Einstein"Je suis capable du meilleur comme du pire, mais, dans le pire, c'est moi le meilleur."
Albert Einstein"Je ne promets jamais rien parce-que j'ai la mauvaise habitude de tenir mes promesses."
Albert Einstein"La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque."
Albert Einstein"Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi."
Albert Einstein"Le mental vit dans un cercle vicieux. Il créé lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre."
Albert Einstein"Le mot progrès n'aura aucun sens tant qu'il y aura des enfants malheureux."
Albert EinsteinJe veux connaître les pensées de Dieu...
Tout le reste n'est que détail.
Bernard WerberEntre Ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,

Ce que vous avez envie d'entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous comprenez...

Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.

Mais essayons quand même...
BouddhaDoutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire.
Bouddha J'appelle sage celui qui, tout innocent qu'il est, supporte les injures et les coups avec une patience égale à sa force.
BouddhaLa patience est la plus grande des prières.
BouddhaSi tu ne trouves pas d'ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête ou un éléphant dans la forêt.
BouddhaCelui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde.
BouddhaDe celui qui dans la bataille a vaincu mille milliers d'hommes et de celui qui s'est vaincu lui-même, c'est ce dernier qui est le plus grand vainqueur.
BouddhaUne conscience troublée par les désirs ne peut se libérer. Une sagesse troublée par l'ignorance ne peut se développer.
BouddhaNe demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent.
BouddhaPureté et impureté sont personnelles, nul ne peut purifier autrui.
BouddhaVivons donc heureusement, sans haïr ceux qui nous haïssent.
BouddhaCelui qui, après avoir été négligent, devient vigilant, illumine la terre comme la lune émergeant des nuées.
BouddhaOn peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant.
BouddhaIl y a quatre pensées illimitées : l'amour, la compassion, la joie et l'égalité d'âme.
BouddhaNous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde.
Bouddha
Dhammapada, 290
Les Vers du Dharma
Si en renonçant à un bonheur passager, tu peux obtenir un bonheur réel et Durable, alors :
''Sois sage''.

Abandonne ce bonheur passager et dirige ton esprit vers le vrai bonheur.
Coluche"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison."
Dalaï-LamaLe plus haut degré de tranquillité intérieure provient du développement de l’amour et de la compassion.

Plus nous nous préoccupons du bonheur des autres, plus notre propre sens du bien-être grandit et s’affirme.

Cultiver un sentiment chaleureux envers les autres ouvre l’esprit et fait tomber les barrières.

C’est la source ultime du succès dans la vie.
Dr Deepak ChopraLes 7 lois spirituelles du succès

Nous devons ces lois simples au Docteur Deepak Chopra. Voici comment les mettre en pratique avec profit :

1ère Loi : Loi de Pure Potentialité
Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Prendre l'habitude de méditer seul au moins deux fois par jour pendant 30 minutes à chaque fois.
Prendre le temps chaque jour de communiquer avec la Nature et de témoigner silencieusement de l'intelligence présente en toute chose vivante.
Pratiquer le non-jugement. Commencer la journée par cette résolution : "Aujourd'hui, je ne jugerai rien de ce qui arrivera" et s'y tenir.

2ème Loi : Loi du Don
Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Prendre l'habitude de donner quelque chose à toutes les personnes que l'on rencontre. Ce peut être un don matériel (objet, argent...) ou spirituel (sourire, prière...).
Accepter avec gratitude tous les dons que l'on reçoit. Il peut s'agir de ceux de la Nature (lumière du soleil, chant des oiseaux, pluie d'automne) mais aussi des présents que d'autres personnes nous offrent, que ceux-ci aient une forme matérielle comme l'argent ou spirituelle comme un compliment ou une prière.
Prendre l'habitude de protéger la circulation de la richesse dans sa vie en donnant et en recevant les biens les plus précieux de l'existence : l'attention, l'affection, le respect et l'amour.

3ème Loi : Loi du Karma ou Loi de cause à effet
Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Prendre l'habitude d'être témoin de ses choix. Le meilleur moyen de préparer le futur est en effet d'être totalement conscient du présent.
Chaque fois que l'on doit prendre une décision se poser les deux questions suivantes : "Quelles sont les conséquences du choix que je suis en train de faire ?" et "Apportera t-il satisfaction et bonheur à moi-même comme à tous ceux qui en seront affectés ?"
Écouter les réactions de son corps. Si le choix que l'on s'apprête à faire apporte du confort alors on pourra s'y abandonner. Dans le cas contraire, il est nécessaire de réexaminer les conséquences de son action.

4ème Loi : Loi du Moindre Effort
Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Pratiquer l'abandon. Prendre l'habitude d'accepter les personnes, les évènements, les circonstances et les situations
comme elles se présentent. Accepter les choses comme elles sont et non comme nous voudrions qu'elles soient.
Assumer la responsabilité de notre situation en face de tous les évènements que nous considérons comme des problèmes.
Ne blâmer personne, y compris nous-mêmes. Prendre conscience que tout problème constitue une opportunité déguisée.
Abandonner notre besoin de défendre notre point de vue. Rester ouvert à tous les points de vue sans chercher à s'attacher
à un d'entre eux.

5ème Loi : Loi de l'Intention et du Désir
Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Établir une liste de tous ses désirs et se la remémorer régulièrement, notamment le soir avant de se coucher et le
matin au réveil.
Confier ses désirs à la matrice de la création. Prendre conscience que si les choses ne se présentent pas comme
prévu, c'est qu'il y a une raison à cela.
Prendre l'habitude de pratiquer la conscience du moment présent. Accepter ce présent comme il vient et créer
la manifestation du futur par son attention et ses désirs les plus profonds et les plus chers.

6ème Loi : Loi du détachement

Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Prendre l'habitude d'offrir à soi-même comme à autrui la liberté d'être ce que l'on est. En ne cherchant pas à tout prix une solution à ses problèmes, on évitera de s'en créer d'autres. Participer à tout avec un engagement détaché.
Accepter l'incertain parce que c'est le seul chemin vers la liberté.
Prendre l'habitude d'entrer dans le champ de tous les possibles et anticiper le bonheur de rester ouvert à une
infinité de choix.

7ème Loi : Loi du Dharma ou but de la vie
Cette Loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes :
Prendre l'habitude de nourrir avec amour le ou la déesse qui vit au plus profond de son âme.
Établir une liste de ses talents particuliers, ce que l'on aime faire.
Se poser chaque jour les deux questions suivantes : "Comment puis-je aider ?" "Comment puis-je servir ?"
Dr Deepak ChopraLes 7 lois spirituelles du succès

Conclusion :

Avec une élégante précision et une intelligence sans faille, l'esprit universelle orchestre tout ce qui advient au sein des milliards de galaxie. Son intelligence est suprême, absolue. Elle pénètre chaque fibre de l'existence, du plus petit au plus grand, de l'atome au cosmos. Tout ce qui vit est son expression. Et elle opère à travers les Sept Lois Spirituelles.

On retrouve l'expression de ces lois dans le fonctionnement des cellules du corps humain. Chaque cellule, qu'elle appartienne à l'estomac, au cœur ou au cerveau, naît de la Loi de Pure Potentialité. L'ADN en est le parfait exemple: il est l'expression matérielle de la pure potentialité. Des cellules très différentes utilisent le même ADN. Pour répondre aux demandes d'une cellule particulière, il s'y exprime de manière particulière.

Les cellules opèrent également par la Loi du Don. Le dialogue intérieur de toutes les cellules du corps humain est celui-ci: Comment puis-je servir? Les cellules du cœur veulent aider celles du système immunitaire. Celles-ci, à leur tour, font tout pour les cellules de l'estomac ou des poumons; les cellules du cerveau écoutent toutes les autres, puis leur viennent en aide. Toutes ces cellules n'ont qu'une fonction: aider toutes les autres.

La Loi du Moindre Effort est aussi merveilleusement exécutée par les cellules: elles font leur travail avec une tranquille efficacité, dans un paisible état d'alerte.

À travers la Loi de l'Intention et du Désir, les intentions de chaque cellule utilisent le pouvoir infini de l'intelligence de la nature. Une intention aussi simple que le métabolisme d'une molécule de sucre génère immédiatement et dans tout le corps une harmonie d'événements, au sein desquels, pour convertir cette molécule de sucre en pure énergie, les hormones doivent être sécrétées à un moment précis.

Les cellules expriment bien sûr la Loi du Détachement. Elles sont détachées du résultat de leurs intentions. Elles ne font pas d'erreur, elles ne trébuchent pas, car leur comportement est une fonction de la conscience centrée sur la vie, une conscience du moment présent.

Les cellules obéissent également à la Loi du Dharma. Elles doivent découvrir leur propre source, le Soi supérieur; elles doivent servir leurs semblables et exprimer leurs talents particuliers. Les cellules du cœur, de l'estomac ou du système immunitaire ont toutes leur source dans un Soi supérieur, le champ de pure potentialité. Et, comme elles sont directement reliées à l'ordinateur cosmique, elles sont capables d'exprimer leur talent particulier sans effort, naturellement, ceci au cœur de la conscience de l'intemporel.

En exprimant tout simplement leur talent particulier, elles maintiennent à la fois leur propre intégrité et celle du corps tout entier.

Lorsque nous observons le comportement des cellules de notre corps, nous contemplons l'expression la plus extraordinaire et la plus efficace des sept lois spirituelles: le génie de l'intelligence de la nature, les pensées de Dieu.

Le reste n'est que détail.

Les sept lois spirituelles du succès sont des principes puissants. Ils vous permettront d'atteindre la maîtrise de vous-même.

Si vous leur donnez votre attention et suivez les étapes décrites dans ce livre, vous découvrirez que vous pouvez provoquer la
manifestation de tout ce que voua souhaitez - vous recevrez toute l'abondance, tout l'argent et tout le succès dont vous rêvez.
Votre vie deviendra aussi plus heureuse et plus riche, dans tous les domaines, car ces lois sont aussi les lois spirituelles de la vie, celles
qui donnent son sens à cette vie.

Il existe un ordre naturel à l'application de ces lois au quotidien. Cet ordre peut vous aider à vous remémorer chacune d'elles.

La Loi de la Pure Potentialité s'expérimente par le silence, la méditation, le non-jugement et la communion avec la nature, mais
elle est activée par la Loi du Don. Le principe de la Loi du Don est d'apprendre à offrir ce que vous souhaitez recevoir. Vous activerez
de cette manière la Loi de Pure Potentialité. Si vous souhaitez l'abondance, offrez l'abondance. si vous avez besoin d'argent,
partagez le vôtre. Si vous espérez l'amour, le respect et l'affection, apprenez à donner l'amour, le respect et l'affection.

Les actions auxquelles vous conduiront la Loi du Don activeront à leur tour la Loi du Karma. Vous créerez en effet un bon karma,
ce qui rendra votre vie plus facile. Vous n'aurez donc plus autant d'efforts à déployer pour réaliser vos désirs, ce qui vous
conduira automatiquement à la Loi du Moindre Effort.

Lorsque tout deviendra facile, naturel, et que vos rêves commenceront à se réaliser, vous comprendrez instinctivement la Loi de
l'Intention et du Désir. Voir vos désirs se réaliser spontanément vous aidera beaucoup à mettre en pratique la Loi du Détachement.

Enfin, le fait de commencer à comprendre toutes ces lois vous poussera à chercher le vrai but de votre vie, ce qui vous conduira
à la Loi du Dharma. En mettant cette loi en action, en exprimant votre talent particulier et en répondant aux besoins de vos semblables, vous pourrez créer tout ce dont vous rêvez, et ceci quand vous le voudrez. Vous n'aurez alors plus aucun souci et vous serez empli de joie: votre
vie sera devenue l'expression de l'amour sans limite.

Nous sommes des voyageurs sur le chemin cosmique - des poussières d'étoiles roulant et dansant éternellement dans les remous
et les tourbillons de l'infini. La vie est éternelle, mais les expressions de la vie sont éphémères, momentanées, transitoires.

Gautama Bouddha, le fondateur du bouddhisme, a dit un jour: '' Cette existence est aussi éphémère qu'un nuage d'automne. Assister
à la naissance et à la mort des êtres est comme regarder les mouvements d'une danse. Une vie est un éclair dans le ciel, elle court
comme le torrent dévale une montagne escarpé ''.

Nous nous arrêtons un instant pour nous rencontrer, nous regarder, nous aimer et partager. Ce moment est précieux, mais il
est passager. C'est une parenthèse dans l'éternité. si nous le partageons avec attention et amour, le cœur lumineux, nous créerons
l'abondance et la joie les uns pour les autres. Alors ce moment aura été digne d'être vécu.
Ellâm OnruELLÂM ONRU – TOUT EST UN – TOUT EST DIEU

"L'incessante recherche du Soi, nous l'appelons Amour Suprême de Dieu, car Lui seul est établi comme Soi au-dedans du coeur de tous."
Sri Râmana Maharshi

Voilà un extrait du "Ellâm Onru" (Tout est Dieu) que Ramana conseillait en lecture à ses visiteurs...

Ce texte anonyme, écrit en tamil au dix-neuvième siècle, est un bréviaire de l'Advaïta Vedânta. Le Sage d'Arunâchala, Sri Râmana Maharshi (1879-1950), unanimement reconnu comme la personnification de la Sagesse Éternelle du sud de l'Inde le citait et le recommandait souvent.
(...) Il disait : "Si tu veux Moksha (la Délivrance), écris, lis et pratique les instructions contenues dans Ellam Onru. "

Râmana Mabarshi, le Sage qui n'eût point de Maître, hormis la colline sacrée d'Arunâchala, n'enseigna jamais le rejet des Maîtres, ou de la Tradition. Il en souligna au contraire l'importance, et son cas est une divine exception, bénie même par l'orthodoxie hindoue. Son conseil de lire et d'appliquer le contenu de ce livre doit être reçu et suivi en confiance, et avec gratitude, comme une bénédiction.

I. UNITÉ
1 - Tout, incluant le monde que tu vois, ainsi que toi-même, le témoin du monde, tout est Un.

2 - Tout ce que tu considères comme étant moi, toi, lui, elle, et cela, tout est Un.

3 - Les êtres sensibles, ainsi que l'inerte et l'insensible (la terre, l'air, le feu et l'eau), tout cela est Un.

4 - Le bien-être qui résulte de la conscience que " tout est Un", ne peut être obtenu par une conscience fragmentaire, séparant les choses et les êtres : tout est Un.

5 - La connaissance de l'unité de toutes choses est bonne, autant pour toi que pour les autres : tout est Un.

6 - Celui qui voit «je suis séparé", "tu es sépare Il$ "il est séparé", etc, agit d'une certaine façon envers lui-même, et d'une toute autre façon envers les autres. Il ne peut s'en empêcher. La pensée "chaque être est séparé des autres", est la graine d'où s'élève l'arbre de la discrimination arbitraire des actes (en fonction de la diversité des personnes). Comment pourrait-il y avoir un défaut de vertu chez celui qui sait qu'il y a unité entre lui et les autres ? Aussi longtemps que le germe de la différenciation est présent, l'arbre correspondant est à même de fleurir, que l'on s'y attende ou pas. Il faut donc renoncer à cette faculté de différenciation. Tout est Un.

7 - Question : dans le monde, les choses paraissent différentes ; comment puis-je alors considérer le tout comme étant Un ? Y-a-t-il un moyen d'atteindre à cette connaissance ? La réponse est celle-ci : dans un même arbre nous voyons des feuilles, des fleurs, des fruits et des branches, différents les uns des autres, et qui pourtant ne font qu'un, étant tous compris dans le mot "arbre". Leur racine est la même, leur sève est la même. Ainsi, toutes les choses, tous les corps, tous les organismes, proviennent d'une même source et sont activés par un seul et même principe vital: tout est Un.

8 - Ô homme de bien ! L'affirmation "tout est Un" est-elle bonne ou mauvaise ? Réfléchis. De même que la personne qui se voit elle-même comme elle voit les autres et les autres comme elle-même ne peut qu'être honnête et juste, de même comment le mal pourrait-il s'attacher à celui qui sait qu'il fait un avec les autres ? Dis-moi s'il existe une meilleure voie vers le Souverain Bien que la connaissance de l'Unité ? Il n'y en a certainement pas. Comment quelqu'un pourrait-il aimer les autres mieux qu'en sachant qu'ils sont lui-même ? Il les connût en tant qu'Unité -, il les aime en tant qu'Unité, puisqu'en vérité, ils sont Un.

9 - Qui petit partager la paix mentale et le calme du connaisseur de l'Unité ? Il n'a pas de soucis. Le bien-être de tous est son propre bien-être. Une mère considère le bien-être de ses enfants comme le sien propre. Cependant son amour n'est pas parfait, parce qu'elle se croit individuellement séparée de ses enfants. L'amour d'un Sage ayant réalisé l'Unité de toutes choses dépasse, et de très loin, même l'amour d'une mère. Il n'y a pas d'autre moyen pour réaliser un tel amour que la connaissance de l'Unité: tout est Un.

10 - Sache que le monde dans son ensemble constitue ton corps impérissable, et que tu es toi-même la vie perpétuelle du monde entier.

Y-a-t-il du mal à faire ainsi ? Qui a peur de suivre la voie sans blâme ? Sois téméraire. Les Védas enseignent cette vérité. Il n'y a rien d'autre que toi. Le Souverain Bien t'appartient. Oui, tu es ce Souverain Bien toi-même. Tout ce que les autres pourront tirer de toi sera du Bien, uniquement. Qui donc s'emploierait a agir contre ses propres corps et âme ? S'il y a un abcès dans le corps, un remède lui est appliqué ; même s'il s'avère douloureux, son objet est de faire du bien, uniquement. Il en ira de même pour certaines de tes actions, dont le but sera le bien du monde. C'est pourquoi tu ne dois pas t'empêtrer dans la différenciation.

En résumé : le connaisseur de l'Unité agit de la meilleure des façons. C'est la connaissance de l'Unité qui le fait agir. Il ne peut se tromper. Dans le monde, il est Dieu devenu visible. Tout est Un.

II. TOI
1 - Qui es-tu ? Ce corps, est-ce toi ? S'il en est ainsi, pourquoi n'as-tu pas conscience du serpent qui glisse sur lui lorsque tu es en sommeil profond? Certainement, tu es autre que ce corps.

2 - Parfois, dans ton sommeil, tu as un rêve; alors, tu t'identifies à un personnage ; ce personnage, est-ce toi ? Non. Ou alors, que devient-il à ton réveil ? Tu ne peux être lui. Plus encore, tu as presque honte de t'être identifié à lui. Il est clair que tu n'es pas ce personnage ; tu es celui qui se tient à l'écart.

3 - Souviens-toi à présent de l'état de sommeil sans rêves. Est-ce celui de ta nature véritable? Tu ne le crois sans doute pas, car tu n'es pas insensé au point de t'identifier à ces épaisses ténèbres qui t'empêchent de connaître l'état où tu te trouves. Grâce à l'intellect, tu es capable de te distinguer des objets environnants : comment pourrais-tu admettre que tu es la même chose que l'ignorance, ou le vide ? Comment cela pourrait-il être ta véritable nature ? Ce n'est pas possible. Tu es le Connaisseur qui sait que cet état est un voile obscur et dense recouvrant ta véritable nature. L'ayant condamnée après en avoir fait l'expérience, tu sais que tu n'es pas cette sombre ignorance du sommeil profond. Tu es celui qui se tient à l'écart de cela aussi.

4 - Si tu admets que même ce corps grossier n e est pas toi, peux-tu imaginer être quel qu'autre chose de plus éloigné? Non. De même que tu n'es pas ce corps grossier, tu n'es pas non plus quelque chose d'autre qui s'en trouverait plus éloigné -, ni le personnage du rêve; ni l'ignorance du sommeil profond. Tu es différent de ces trois états, et de ce monde.

5 - Ces trois états peuvent se résumer en deux conditions : l'une où prédomine la conscience sujet-objet (qui comprend les états de veille et de sommeil avec rêves), et 1 autre, qui est celle de l'inconscience du sujet lui-même (comprenant l'état de sommeil profond). Toutes les expériences possibles sont comprises dans l'une ou l'autre de ces deux conditions. Et elles sont toutes deux étrangères à ta vraie nature, qui est toute autre.

6 - Si tu te demandes ce qu'elle est, son nom est Turiya, qui signifie "le Quatrième" (état). Ce nom est approprié, car il semble dire: "les trois états de ton expérience - veille, rêve et sommeil profond - te sont étrangers ; ton véritable état est le Quatrième, qui est différent de ces trois-là". En supposant que ces trois états (veille, rêve et sommeil profond) forment ensemble un long rêve, le quatrième représente le réveil mettant fin à ce rêve. Ainsi, il est plus profond que le sommeil profond, et en même temps plus "éveillé" que l'état de veille. Ton véritable état est donc ce de Quatrième", se distinguant de tes états de veille, sommeil avec rêves, et sommeil profond. Tu es cela, uniquement,

7 - Comment est ce quatrième état ? Il est la Connaissance qui ne particularise pas ; il est pleine Conscience de soi-même. Cela signifie que le quatrième état est pure Connaissance, sans conscience du particulier, mais en pleine conscience de Soi. Seul celui qui réalise cet état, même pour un seul instant, réalise la vérité. Tu es cela, uniquement. Qu'y-a-t-il de plus pour celui qui a réalisé le "Quatrième" ?
En pratique, il n'est pas possible pour quiconque, de demeurer à jamais dans cet état qui est l'état sans connaissance du particulier. Celui qui a réalisé le quatrième état, tôt ou tard revient à ce monde -, mais pour lui le monde n'est plus comme avant - il voit ce qu'il a réalisé comme étant le quatrième état, rayonner en toutes choses. 11 ne voit plus ce monde comme différent de cette Pure Connaissance. Ainsi, ce qu'il a vu à l'intérieur, il le voit maintenant, d'une manière différente, aussi à l'extérieur. Ayant quitté le stade de la différenciation, il est à présent établi dans l'état de non-différenciation, où qu'il se trouve. Désormais, il est Tout. Il n'y a rien qui soit différent de lui. Que ses yeux soient fermés ou ouverts, quels que soient les changements pouvant survenir, son état demeure inchangé. Cela est l'état de Brahmati, Cela est l'état naturel éternel. Tu es cet état, éternellement Vrai.

8 - Il n'y a rien au-delà de cet état. Les mots "intérieur" ~ , et " extérieure", perdent leur sens. Tout est Un. Le corps, la parole et le mental ne peuvent plus fonctionner égoïstement: Il Grâce les anime, pour le bien de tous. Le il moi" fragmentaire est perdu à jamais., L'ego ne peut plus revivre. Il est dit alors qu'il est libéré ici et maintenant. Il ne vit pas parce que son corps vit, ni ne meurt parce que son corps meurt . il est éternel. Il n'y a rien d'autre que lui. Tu es celui-là.

9 - Qui est Dieu ? Il est Grâce. Qu'est-ce que la Grâce? La Conscience, sans l'ego fragmentaire. Comment peut-on être sûr qu'un tel état existe ? Seulement en le réalisant. Les Védas louent celui qui réalise Cela, comme étant celui qui a réalisé Dieu, devenant un avec Lui. C'est pourquoi, ce que le monde peut nous apporter de meilleur, et ce que nous pouvons lui rendre de meilleur, c'est la réalisation de cet état. En fait, il n'y a pas d'autre état que celui-là ; les autres n'apparaissent que dans l'ignorance. Pour celui qui sait, il y a un état, uniquement: Tu es Cela.

III. DIEU
1 - qui est Dieu ? Dieu est Celui qui transcende tout ce que nous percevons. S'Il est transcendant au monde, comment peut-il y avoir une relation entre Lui et le monde ? Il n'y a, en fait, pas une particule ici qui ne Lui soit reliée. Alors, que signifie qu'Il "transcende le monde" ? Le monde, cela veut dire nous-mêmes et ce que nous percevons. En d'autres mots, les êtres animés et inanimés ensemble forment le monde. Parmi ces catégories, nous estimons que les êtres conscients sont supérieurs. Que dire de Celui qui créa tous les êtres ? La seule chose que nous pouvons comprendre c'est qu'Il est au-delà des catégories d'êtres que nous connaissons. Notre raison ne peut aller aussi loin. Notre Créateur nous est donc supérieur, et ne peut être appréhendé par la raison. Son nom, Kadawul (''Etre Transcendant"), signifie qu'Il surpasse notre raison.

2 - Dieu ne peut-il alors être connu de nous ? Il n'en est pas tout à fait ainsi car dans un sens, 11 se laisse connaître par nous, et ce don de Sa Grâce doit nous suffire. Nous n'avons pas besoin de toute Sa grandeur. Il en a fait connaître assez pour que notre souffrance soit supprimée. Il n'y a pas de raison pour Lui de révéler un iota de plus de son pouvoir, qu'il n'en faut pour remédier à nos défauts dans l'état présent. C'est ainsi qu'Il se fait connaître selon nos besoins. Il est donc bien là, en quelque sorte à portée de notre connaissance.

3 - Qu'est-ce donc, qui nous permet de L'avoir à portée de notre connaissance ? Le fait qu'Il est connu en tant qu' Être - Conscience – Béatitude.

L'Être (Sat), désigne l'Impérissable, ce qui Est, pour l'éternité. S'il venait à cesser d'être, ne fût-ce qu'un moment, qui serait Son destructeur ? qui L'a créé ? La nature périssable de toutes choses nous enseigne que Tout est dirigé par l'Un impérissable. Ce Seigneur des Seigneurs, immortel, est Dieu. Sa nature impérissable est litre (Sat).

Par Conscience (Cit), il faut entendre Connaissance. Connaissance absolue, opposée à la connaissance ordinaire, sujette à l'erreur. Ni l'irrégularité ni l'erreur ne peuvent l'entacher. C'est La Connaissance, pure et simple. Celui qui est à l'origine de la Création, si parfaite et ordonnée, même parmi les êtres inanimés, nous enseigne fréquemment ainsi: "ta connaissance est irrégulière et erronée."

Une histoire célèbre raconte l'étonnement d'un incroyant devant l'un des prodiges de la nature : "pourquoi a-t-Il fait si petite la graine de l'arbre banyan qui est si grand ?" Un système où même les objets inanimés sont en ordre et ont une fonction utile, est forcément dirigé par un pouvoir conscient. Est-ce qu'un simple objet inanimé peut faire quelque chose relevant de la connaissance infaillible ? Et notre mode de connaissance imparfaite, le peut-il ? Non, ce n'est pas possible. C'est pourquoi il est dit que Dieu est Conscience (Cit).

La Béatitude, ou Félicité (Ananda), est l'état libre de désirs. C'est la plénitude de paix. S'il Lui restait encore le moindre désir, comment pourrait-Il être meilleur que nous-mêmes ? Comment pourrions-nous obtenir de Lui la félicité ? Lui-même aurait alors besoin d'un autre être pour satisfaire ses désirs.

Mais qui peut concevoir Dieu ainsi ?

L'état de satisfaction intérieure caractérise la félicité. C'est pourquoi Il est Félicité, ou Béatitude l'Ananda) Etre, Conscience et Béatitude sont inséparables. Individuellement, ils sont sans valeur. C'est pourquoi Il est connu, Lui, en tant quitte - Conscience - Béatitude (Saccidânanda)

4- Celui qui a réalisé le quatrième état et voit tout en tant qu'Un, celui-là connaît vraiment Dieu en tant quitte - Conscience - Béatitude. Les mots ne peuvent exprimer, ni les oreilles entendre, à quel point un tel être est uni à Dieu; c'est une question de réalisation; ; et il existe des voies et des moyens pour une telle réalisation. Ils peuvent être énoncés, appris et mis en pratique. Celui qui peut réaliser ainsi, est Dieu.

5 - Il n'a pas de nom; nous Lui donnons un nom. Il n'a pas de forme; nous Lui donnons une forme. Est-ce condamnable ? Quel nom n'est pas le Sien ? Quelle forme n'est pas la Sienne ? Quel est le son, la forme où Il ne se trouve pas . C'est pourquoi, en l'absence de la vraie connaissance de ce qu'Il est, tu peux Le nommer comme tu préfères, ou L'imaginer sous la forme qui te convient le mieux pour garder Son souvenir. Tout espoir d'obtenir Sa Grâce sans aucun effort est complètement vain. S'il était possible d'obtenir Sa Grâce de cette façon, tout serait pareil, il n'y aurait aucune raison pour qu'il existât des différences. Il nous a montré les voies et les moyens. Efforce-toi, atteins le but ; sois heureux ; ta paresse et ton égoïsme te font espérer Sa Grâce sans aucun effort, or la règle est valable pour toi comme pour tous. Ne relâche pas tes efforts. Dieu ne peut être réalisé que par ton effort.

6 - Il est un effort qui surpasse tous les autres. Il peut paraître moins efficace que la dévotion à Dieu avec nom et forme. Pourtant, c'est bien celui-ci le plus efficace : c'est tout simplement l'amour que tu portes à tous les êtres, pour le meilleur et pour le pire. En l'absence d'un tel amour pour tous, ta dévotion envers Dieu n'est que parodie. Quel sens cela a-t-il pour Dieu, si tu recherches auprès de Lui la satisfaction de tes désirs, sans faire ton devoir envers les malheureux ? Il n'y a là que pur égoïsme. Il n'y a pas de place auprès de Dieu pour des personnes aussi égoïstes, seuls les actes désintéressés y ayant droit de cité. Par conséquent, sachant bien qu'l1 est au centre de toute chose, dévoue-toi à Lui. Dieu est Celui qui suscite la plus haute dévotion.

7 -A mesure que tu attribues des noms et des formes à Dieu, tout en faisant preuve d'amour pour tous les noms et formes; ayant compris qu'ils sont tous Siens, ton mental va mûrir progressivement. De même que le goût d'un fruit s'améliore à mesure de sa maturation, de même en va-t-il, en toi, de la croissance du bien et du déclin du mal. À un certain stade de la maturation de ton mental, le moment viendra où il te faudra rencontrer ton maître.

Ceci ne signifie pas que tu dois aller à sa recherche, ou lui à la tienne. Au moment voulu, la rencontre aura lieu, chacun s'y étant dirigé à sa manière. C'est votre complémentarité qui vous amènera à vous rencontrer, qui établira ta confiance en lui, adaptera son enseignement pour toi, et te rendra apte à le suivre. Celle-là est la voie directe pour aller à Dieu qui est de réaliser le quatrième état. Tu suivras la vole et atteindras ton but, qui est Être - Conscience - Béatitude, qui est Dieu.

8 - La voie enseignée par le maître est définitive, directe ; dirigée vers l'Unité, elle est naturelle et sans artifices, éprouvée depuis longtemps, non douloureuse. Lorsque tu es sur cette voie, il ne peut plus y avoir ni doute, ni peur . la peur et le doute, ne sont-ce pas les caractéristiques des voles des ténèbres ? Comment pourraient-elles te rencontrer dans la voie de la Vérité qu'enseigne le mettre ?

Ainsi, la vole te parlera d'elle-même, t'indiquant le bon chemin. Alors, il ne te restera plus qu'à rencontrer ton maître et à apprendre de lui. Cette voie vous est commune, a tous les deux, par la Volonté de Dieu. Avant toi, ton maître l'a parcourue. Il te montrera le chemin et tu le suivras. À combien d'autres enseigneras-tu ce même chemin? Et combien d'autres suivront-ils après ? D'évidence, la peur et le doute n'ont pas de place dans la voie de la Vérité. Une fois que tu auras fait un pas en avant, tu ne reculeras plus. L'aide du maître est effective pour ce. premier pas uniquement. Tu n'as besoin de rien faire pour que la voie te soit enseignée par ton maître. Sache qu'il est le messager de Dieu, envoyé pour révéler la voie à ceux qui sont prêts, qui ont mûri par leurs propres efforts, accomplis dans l'une ou l'autre des deux directions dont nous allons parler. C'est Dieu qui envoie ce messager divin dès que le degré de maturité suffisant est atteint.

9 - La pratique avec foi, mais sans Connaissance, est nommée Bhakti; la même avec Connaissance est nommée jnâna.

Il y a deux sortes de Bhakti : l'une est la dévotion à Dieu avec nom et forme, l'autre est l'amour pour tous les êtres (Karrna). jnâna aussi est divisée en deux - la pratique de la voie juste enseignée par le maître, nommé yoga, et l'état qui en résulte, qui est pure jnâna.

Il est naturel de croire à quelque chose que l'on ne voit pas pour finalement le trouver. Ceux qui ne croient pas ne trouvent jamais, Les croyants, tôt ou tard, réussiront, les non-croyants, jamais. Tu peux croire même pour la seule raison que la Foi en Dieu ne fait pas de mal. Tu en recevras ta part d'effets bénéfiques. Ce monde existe uniquement pour susciter la Foi en toi. Voilà le but de la création. Aie la Foi et tu pourras atteindre Dieu.

10 - Même si tu ne crois pas tout ce qui est dit de Dieu, crois au moins qu' "Il y a Dieu". Cette graine révèle une grande puissance lors de sa croissance, au point qu'elle peut tout nier, et tout remplir par elle-même. Sa toute-puissance est telle que tu ne verras rien d'autre que Dieu, même pas toi-même. En vérité, Dieu est Tout.

IV. PAIX
1 - Qu'est-ce que la Paix ? Lorsqu'un homme est en sommeil profond, bien que le monde subsiste, en a-t-il le moindre souci ? Son mental est tranquille et reposé. S'il peut conserver ce degré de calme et de repos mental même lorsqu'il se trouve en activité au sein du monde, alors la Paix est réalisée.

2 - Le mental peut-il demeurer ainsi, même lorsque nous sommes confrontés au monde ? Cela dépend de notre façon d'appréhender le monde. Le mental est plus agité si c'est sa propriété qui est pillée, que s'il s'agit de celle d'un autre. La perte d'un bien propre cause plus de souci que celle du bien d'autrui. Pourquoi ? Parce que notre manière d'évaluer les choses est ce qui détermine le degré de plaisir ou d'anxiété qu'elles nous procurent. Par conséquent, si l'on apprenait à voir tout d'un oeil égal, le mental demeurerait en paix. Le mental qui, sait que les affaires de l'univers dépassent ses compétences, se tranquillise nécessairement. De même, si l'on a conscience de n'avoir plus aucune prétention envers quoi que ce soit, ou que toutes choses sont périssables, le mental demeure calme. Ainsi la Paix s'installe durablement si l'on porte sur toutes choses un regard équanime.

La Paix dépend de la façon dont le mental appréhende les choses.

3 -Illustration de ce qui précède: un homme se réveille après avoir fait un rêve. Son mental était heureux, ou ennuyé, selon ses opinions à propos des choses vues dans le rêve ; mais au réveil, son mental demeure inaffecté par toutes les péripéties du rêve ; il demeure équanime. Pourquoi ? Parce que ce n'est qu'à ce moment (au réveil) que son mental se permet d'évaluer tous les éléments du rêve de manière égale. Il ne regrette pas que le rêve ait cessé. Pourquoi ? Il sait que le rêve n'est pas éternel mais doit s'achever au réveil. De même, si un homme sait que tôt ou tard il ne pourra que s'éveiller du long rêve de la vie en ce monde, son mental deviendra immuable. C'est l'état du calme pur. C'est l'état de Paix.

4 - Cet état ne signifie pas pour lui la fin de sa relation au monde. Seuls la paix et le calme du mental lui appartiennent. Ses actes ne pourront que s'adapter aux circonstances. Le seul changement qui soit intervenu avec ce gain de la paix mentale est le suivant : son mental a connu la Vérité et réalisé le détachement -, par conséquent, il repose, paisible ; ses actes, bien que pouvant varier, demeurent impartiaux ; mais les actes des autres sont changeants, sans pouvoir garder l'impartialité. C'est ainsi que le calme du mental apporte un bien énorme, non seulement à lui-même, mais aussi au monde en général. La Paix indique la voie de la conduite juste.

5 - Un homme marche, une lampe allumée à la main. Peut-il être question d'hostilité entre la lumière et les accidents du parcours ? Sûrement pas. Cependant, la lumière et l'obscurité ne peuvent coexister. La lumière chasse l'obscurité, révèle les accidents du parcours, et permet à l'homme de marcher prudemment, en montant, en descendant, sur les côtés, etc... La lumière de la lampe supprime la cause de jurons ou de plaintes futiles telles que : "mon pied a heurté un obstacle", ou bien : "ce creux m'a fait trébucher". Une fois la Paix réalisée, l'homme ne ressent ni haine ni antagonisme envers le monde. La Paix dissipe les ténèbres qui nous empêchent de voir la vraie nature du monde et ses embûches. En l'absence de la lumière de la Paix qui permet de s'adapter aux multiples circonstances, on condamne le monde, lui reprochant ses souffrances, comme on se plaint des obstacles sur un chemin. C'est pourquoi un homme ayant réalisé la Paix Suprême après avoir connu le monde comme un rêve compliqué, ne doit pas être considéré comme étant hors du monde, non concerné par ses activités. En fait, il est le seul à être en harmonie effective avec le monde; il est le seul vraiment compétent pour être un homme d'action. Ainsi, la Paix est le régulateur de tes activités.

6 - L'homme en Paix peut avoir un souci de rectification pour ce qui Se passe dans le monde. S'il en éprouvait de la crainte, de quelle aide pourrait-il être envers ceux qui considèrent ce monde possessivement et avec avidité ? Ils sont sous l'emprise de l'égoïsme et dépourvus de toute notion d'impartialité. Pour guider l'aveugle sur un chemin, ou traiter la cécité de l’œil malade, on a besoin d'y voir clair. De même, celui qui peut réformer le monde est celui qui a découvert sa propre nature immuable par rapport à la nature changeante du monde, et demeure paisible. De tels hommes ne peuvent s'empêcher d'aider le monde. Pourquoi ? Est-ce que quelqu'un peut manquer de cœur au point de ne pas relever un enfant qui glisse et tombe ? Même question pour les Sages, capables de comprendre les difficultés du monde, et qui peuvent aider les gens. Parce qu'il s'est détaché du mental et du corps, le Sage n'est pas éprouvé par l'effort que demande le service du monde, tout comme le principe vital ayant quitté un corps ne souffre pas, même si de lourds attelages passent sur ce corps en l'écrasant. Le Sage ne se dérobera donc pas devant le travail ou les soucis. Seule la Paix réalisée effectivement peut produire un tel courage, et un tel calme.

7 - En apparence, la Paix peut donner une impression de fadeur et de manque de vigueur. En fait, elle peut tout vaincre. Elle surpasse tout en ténacité et en courage, et c'est de ces qualités que dépend la réussite. Même si le mont Mérou [L'Axe- du monde selon la Tradition] devait basculer, l'incident (!) provoquerait tout au plus un léger sourire chez l'homme en Paix, s'il ne le laisse pas complètement impassible... Cet état est précieux pour les questions regardant aussi bien le monde que l'esprit. Le véritable bonheur dans le monde est le sien aussi, et ce bonheur jaillit après la fin d'un esclavage. La Paix apporte du bien à chacun, de toutes façons.

8 - Les adversaires de la Paix sont nombreux. Ils sont là pour éprouver l'homme. Lorsque nous y sommes confrontés, nous devons rester vigilants, et veiller a ce que la fleur fragile du mental soit épargnée par leurs ombres. Si la fleur du mental est abîmée, elle perdra son parfum , sa fraîcheur et sa couleur. Elle deviendra alors inutile, imprésentable aux autres, et à Dieu. Sache -que ton mental est plus fragile encore qu'une fleur. C'est à l'aide de cette fleur que tes devoirs envers toi-même, les autres et Dieu s'accomplissent. Elle doit donc préserver sa fraîcheur toujours et en tous lieux. Toute bénédiction du mental est l’œuvre de la Paix.

9 - N'aie de cesse d'adorer le Dieu de ton Soi avec la fleur de ton mental. Laisse les aspects capricieux de ton mental témoigner de cette adoration. Progressivement, ils apprendront à quitter leurs jeux infantiles et voudront connaître le même enchantement que toi. À force d'observer la Paix qui est en toi, ils abandonneront leurs caprices. Toi, tu n'as qu'à continuer patiemment l'adoration. Ne te laisse donc pas détourner par ces caprices du mental ; au contraire, ce sont eux qui seront finalement pacifiés par la Paix qui est en toi. Tout doit être en Paix.

10 - Un dernier mot : l'essence des Védas est la Paix.

V. ACTION
1 - Toute action appartient à Dieu. Son Oeuvre a inscrit chaque chose dans ses fonctions individuelles. C'est par Lui que les êtres, animés ou inanimés, jouent leur rôle. Toutes les actions Lui appartiennent.

2 - Chaque être fait ce qui lui correspond. Qu'est-ce que Dieu a à voir avec cela ? Nous nous intéresserons aux objets inanimés un peu plus tard.

Nous sommes des êtres sensibles; voyons d'abord qui est l'auteur de nos actions. Tout le monde souhaite améliorer son état, et y travaille. Mais les résultats diffèrent, bien que le but et le travail soient identiques. Pourquoi cette différence dans les résultats ? Ici Dieu nous fait comprendre qu'Il est l'auteur de l'action. Autrement, tous les résultats devraient être identiques. Les différences de condition n'expliquent rien : peut-il exister quelqu'un ne souhaitant pas améliorer sa situation ? Quelle que soit son intention envers les autres, chaque individu est certainement honnête dans son intention envers lui-même (ex: pour améliorer sa situation). Cela n'empêche pas qu'il y ait des différences de condition de l'un à l'autre: Toutes les actions sont l’œuvre de Dieu.

3 - Tous les êtres ont la même intention ; cependant, leurs efforts varient de l'un à l'autre, ainsi que leurs états. Ayant dit cela, une question se pose : qu'est-ce que l'effort ? N'est-ce pas simplement un concept mental ? Tous ces concepts ont la même origine, a savoir, cette intention commune a tous (d'améliorer sa situation) -, alors pourquoi ce concept mental de l'effort à accomplir diffère-t-il d'un individu à l'autre ? Ici aussi, Dieu nous enseigne que toutes les actions Lui appartiennent.

4 - S'il est établi que, malgré l'intention commune, l'effort varie selon les capacités individuelles, la question se pose de savoir qu'est-ce qui conditionne ces capacités ? La source est dans le corps et le mental. L'environnement peut aussi influer. Avant de faire un effort, l'on doit tenir compte de tous les facteurs. Cependant, nous n'avons pas un contrôle suffisant de ces facteurs, pouvant faire coïncider exactement l'effort avec la tâche à accomplir : toutes les actions appartiennent à Dieu.

5 - A présent, si l'on dit que le corps, le mental et l'environnement vont progressivement s'ajuster à la tâche à accomplir, on avoue implicitement l'incapacité initiale. Ceci revient à admettre que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu.

6 - Cela est-il bon ou mauvais que les gens n'atteignent pas leurs buts ? C'est certainement une bonne chose. Pourquoi ? La plupart des gens sont égoïstes ; à toi de juger si leur succès est bon pour le monde ou non. Peut -être te demandes-tu alors pourquoi les efforts des personnes non-égoïstes ne sont pas tous couronnés de succès ? Le plus souvent, bien qu'en apparence ils semblent ne pas être égoïstes, ils ne sont pas sans défauts. Cela dépend de l'ego. Si le non-égoïsme supposé engendre une sensation de supériorité sur nos semblables, Dieu se charge de freiner nos ardeurs, et de nous rappeler - "vous aussi, vous êtes comme les autres, et c'est Moi qui vous gouverne". Le véritable représentant de Dieu est dépourvu d'égoïsme et d'ego. C'est parce que Dieu brille à jamais en lui, en d'autres termes, que le nuage de l'ego n'est plus là pour lui cacher Dieu, que toutes ses intentions se concrétisent. C'est donc un homme de "bonne volonté" (Satya Sankalpa, littéralement : vraie volonté). Dieu rayonne directement à travers lui, en qui il n'y a pas de ténèbres. Il est le seul à connaître l'Intention divine telle qu'Elle est. Dieu accomplit à travers lui le but de Sa création. Toutes les actions sont l’œuvre de Dieu.

7 - A la question : n'existe-t-il pas au moins une de ces personnes de bonne volonté (ou de vraie volonté) ? Pourquoi le monde n'en reçoit-il pas le plein de bénédictions ? Il y a un secret dans tout ceci : les Sages qui savent que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu se vouent à le faire savoir aux autres : il n'y a pas de bien plus précieux que cette connaissance : les actions sont l’œuvre de Dieu, non la nôtre. Cette connaissance contient en elle toutes les bénédictions. C'est pourquoi le propos des Sages est d'éclairer les autres à l'aide de leur connaissance de Dieu et Ses actions. Ils ne disent pas: "connais Dieu tout de suite ! , mais enseignent les voies et les moyens de la connaissance, et encouragent les gens à suivre le droit chemin, C'est tout. Ils ne disent pas : "sois délivré à l'instant ! puisque le commun des mortels en est incapable. Les Sages n'enjoignent pas Dieu de "libérer les gens immédiatement", puisqu'ils sont dépourvus d'ego. et savent: "Dieu sait ce qu'Il a à faire, et Il le fait; que pourrais-je Lui demander de plus ?" Ainsi, ils souhaitent seulement faire leur devoir, sans en récolter les fruits. Ils ont compris que seul Dieu distribue les fruits des actions. Ils observent simplement le déroulement des choses dans le monde, jouent leur rôle, et ne songent jamais à recréer un monde à eux, ce qui ne serait qu'une forme d'égoïsme. La Création est exactement comme elle doit être. Tout est en ordre. Toutes les actions sont l’œuvre de Dieu.

8 - Sachant que leurs actes sont subordonnés au Pouvoir Divin, comment pourraient-ils envisager d'agir à contre-cœur ? Non, ils ne peuvent pas même y penser. Ils feront leur travail comme un devoir. Les écritures disent : "fais le travail mais ne pense pas à ses fruits." De même que la colère échappe inconsciemment au contrôle d'un homme même s'il est déterminé à ne pas se mettre en colère et à rester calme, de même les Sages à l'intention vraie (Satya Sankalpa) peuvent être choqués par les injustices apparentes du monde, et penser sans s'en apercevoir : "Dieu, faites que survienne le bien !" Alors, cela se produira certainement, et c'est ce qui explique les événements extraordinaires dans le monde. Les grands bouleversements sont le résultat d'un vœu dérobé dans le mental d'un Sage. C'est la loi de la nature. Qui peut la changer ? Toutes les actions sont l’œuvre de Dieu.

9 - Quoi qu'il arrive, c'est dans l'ordre naturel des choses. Donc, c'est juste. Tout ce qui arrive, arrive par Son action. En ce sens, il n'est pas faux de penser que "c'est Lui qui fait voler le voleur", puisqu'à l'heure du châtiment, c'est aussi Lui qui fait souffrir le voleur pour son méfait. Ni plus ni moins. Il ne devrait pas y avoir d'hostilité envers le voleur. Tel est le fruit de la connaissance que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu. Mais même s'il n'y a pas d'hostilité envers le voleur, notre rejet pour l'acte de voler demeure. Cela aussi est le résultat de notre connaissance que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu. Comment ? Parce que le voleur lui-même n'aime pas le vol : resterait-il tranquille si ses biens lui étaient volés par un autre ? Non, certainement. Il n'y a personne pour ignorer que le bien est bon et que le mal est mauvais. C'est pourquoi la connaissance que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu est ce qui peut susciter une conduite droite dans le monde. Notre connaissance s'étend au-delà. Nous ne pouvons répéter que ce que nous connaissons, et ne pas nous soucier de ce qui dépasse notre connaissance. Cela aussi est l’œuvre de Dieu.

10 - Parmi les fruits de la connaissance que Dieu nous accorde, il y a celui qui nous apprend que toutes les actions sont Son œuvre Notre impuissance nous pousse à demander "Dieu, pourquoi agis-tu ainsi ?" Toutes les religions admettent ce même état d'impuissance. C'est parce -que les fruits de nos actes ne correspondent pas à nos désirs, en d'autres mots, parce que nos pouvoirs sont limités, que nous ne pouvons que nous incliner, et constater que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu.

Cette loi qui nous gouverne, s'applique aux objets inanimés aussi. Nous ne sommes pas mieux lotis qu'eux. Tout est Un. Ceux qui n'admettent pas que toutes les actions sont l’œuvre de Dieu, ne peuvent que reconnaître leurs propres limites. Cela même est l’œuvre de Dieu.

1 - Ô ego! tous les maux du monde prennent leur source en toi. Dans le but de t'éliminer, les Rois font des lois et les Sages donnent des enseignements. Malgré leurs efforts depuis la nuit des temps, hélas ! tu es toujours vivant ; tu te caches seulement, et réapparais encore et encore. N'as-tu donc pas de fin ? Oh si, et, sûrement, elle approche. Un autre Ego a commencé à t'éliminer. C'est l'ego Universel, dont le nom est Je-Suis Brahman (Aham Brahmasmi).

2 - Eh! ego, détrompe-toi, ton ennemi n'est pas de ton espèce: tu es périssable, alors qu'Il n l'est pas ; tu te prends pour "je", parce que tu différencies toujours "je", "tu", "il", etc., mais Lui est libre de ces concepts : Il harmonise les différences et résorbe tout en Lui-même. Ton hostilité à Son égard naît de ce que tu le vois s'élever pour t'anéantir. Mais Lui n'a aucun mauvais sentiment pour toi, puisque tu ne peux te trouver là en Sa présence. Il te voit comme une partie de Lui-même. C'est ta propre imposture qui cause ta perte en Sa présence. Il ne songe même pas à te tuer car tu ne comptes pas a ses yeux. C'est pourquoi, ego, tu te considères comme Son ennemi, mais Lui ne se prend pas pour le tien.

En un mot, tu es ton propre ennemi : par orgueil, tu t'es vanté devant Lui, comme tu le fais en tous lieux. Dès lors, tu es perdu. C'est ainsi que le Soi Universel t'efface , t'ayant absorbé, brillant en tant que Lumière Absolue.

3 - Eh ! ego, les ravages de ton action sont sans limites : tu n'es satisfait que si tu es glorifié devant les autres, et si les autres sont abaissés devant toi ; tes désirs ne cessent de te harceler - "à quel titre serai-je honoré ? Comment puis-je paraître plus élégant ? Les autres , si inclinent-ils devant moi ? M'obéissent-ils en silence ? Proclament-ils que nul ne me surpasse ?" Hélas ! Que ta vie est courte! Et pourtant, que d'ambitions ! Combien de mal tu peux causer ! Tu t'es trompé, croyant trouver le bonheur dans cette vaine quête de gloire et de pouvoir, et en voulant te distinguer parmi les autres. Tout cela ne peut t'être profitable. Pourquoi ? Les autres ne sont-ils pas motivés eux aussi par ces mêmes illusions ? Quelles chances de succès peux-tu avoir face à des multitudes de gens nourrissant les mêmes ambitions ? Dans une telle situation, tu dois mettre un terme à ta vaine volonté de tout dominer. Par tant de vanité, tu suscites le mal, autant pour toi que pour les autres. Écoute mon conseil amical. Pour dire la vérité, Celui-là que tu crois être ton ennemi mortel, est en fait ton ami. Il sait comment te rendre digne de la vraie Grandeur et des vraies Bénédictions. Abandonne-toi à Lui. Cet Ego Universel ne te traite pas en ennemi : Il est ton véritable Bienfaiteur.

4 - Tu ne peux, à ce moment précis, avoir une idée de ce qu'Il fera de toi si seulement tu t'abandonnes à Lui. Quoi que je puisse t'en dire, tu ne peux comprendre. L'expérience de l'abandon à Lui peut seule permettre de comprendre. Nul doute qu'Il t'élèvera à Sa Grandeur, rien de moins. Par conséquent, ne crains pas pour ton avenir ; abandonne-toi directement. Tu pourras toujours t'en retourner, si la joie ne te submerge pas dès le premier instant d'abandon. De même que, en buvant du lait, cela commence par le goût agréable et se termine par l'apaisement de la faim et de la soif, de même l'abandon de soi commence par le ravissement et s'achève dans la Parfaite Béatitude qui est au-delà du plaisir et de la souffrance. Par conséquent, ton but est, nul doute, cet Ego Universel (je-Suis Brahman).

5 - Quel est Ton nouveau nom, après l'abandon ? 11 n'y a pas d'autre nom que le Tien. Les Védas Te louent, le monde Te glorifie. L'essence des enseignements religieux, c'est Toi-même. Quelle est alors Ta forme? Toutes les formes sont Tiennes. Il n'y a pas une forme qui ne soit la Tienne. Tu es Cela qui est adoré dans les temples ; Tu es Cela qui est décrit dans les Védas; les festivités, les cérémonies, sont toutes pour Toi. Mais quel est donc Ton pouvoir ? En Ta présence, le monde est actif; chaque être est ce qu'il est à cause de Toi. En bref, toutes choses Te glorifient, et témoignent de Ton Être. Elles y sont contraintes par devoir. Tu n'aurais même jamais rêvé que ceci pût être ton état. Mets-toi donc à l'oeuvre. Abandonne ta suffisance, car L'ego Universel t'attend.

6 - Souhaites-tu sortir de ton rêve, ou bien est-ce que tu préfères y rester encore ? Combien de temps les images du rêve vont-elles durer ? Ne sois pas paresseux, sors de ta torpeur, réveille-toi ! Tu ne vois que tes propres images mentales, et tu continues d'en imaginer encore et encore. Tout cela est vain. Trouve simplement Qui est ce Toi, ce spectateur de tes images mentales. Ne te méprends pas, en t'identifiant à elles, qui s'élèvent et retombent ; réveille-toi ! Dès l'instant où tu t'éveilleras, tu comprendras que l'éveil vaut mieux que ce rêve. Debout ! L'ego Universel attend pour se réjouir de te voir éveillé.

7 - Ne crains pas la cessation du rêve actuel. Tu vas être autrement comblé. N'étant plus dans l'illusion, tu vas assister en spectateur à cette imagerie mentale, sans en éprouver de trouble, mais avec un sourire. Cela te semblera être une plaisanterie, non plus un fardeau. En rêve, ton imagerie mentale semble avoir des formes réelles. Au réveil, tu sais que le rêve est seulement un rêve. Ne prends pas l'état de rêve pour celui de veille. Connais le rêve en tant que tel. Faisant ainsi, tu dois atteindre l'état de "je-Suis Brahman" (l'Ego Universel).

8 - Je m'adresse à toi pour ton bien, non pour mon intérêt. Que faire si la Foi te manque, si tu ne suis pas les enseignements, ou si tu quittes le chemin, faute de récompense immédiate ... ~ Comment puis-je t'aider si tout l'enseignement des Saints s'avère vain pour toi ~ Il n'y a pas d'état plus élevé que celui-ci. Il Est, pour ton bien, et, à travers toi, pour les autres aussi. Quitte ta suffisance, dès maintenant. Commence tout de suite. L'ego Universel est le tien.

9 - 0 ego, vois comme tu es l'esclave de tout, et combien tu en souffres! Combien ton état est pitoyable ! Tout n'est qu'hostilité autour de toi ! Lorsque tu dis "a moi, a moi !", tous les autres rivalisent: "à moi, à moi!" Lorsque tu dis "je suis grand", ils protestent : "comment ? c'est moi qui suis grand." Tu es le seul à ne pas t'être hostile. A cause de tous ces soucis , tes productions mentales se multiplient, indéfiniment. N'est-ce pas le moment d'en profiter pour lâcher prise ? Si tu dis "tout est à vous", chacun deviendra ton ami. Il en est Un qui peut te rendre aussi magnanime, et c'est "je-Suis Brahman" (l'Ego Universel).

10 - Il nie reste un mot à dire. Ce n'est pas le produit de mon égoïsme, mais simplement mon devoir. Je ne dis ce mot spécialement ni pour toi ni pour mon bien. C'est pour le bien de tous.


La Vérité est "je-Suis Brahman" (l'Ego Universel).


Lumière de Grâce Divine,

Amour Tout-Puissant,

Bénissez-moi.


Paix ! Paix ! Paix !
extrait du "Ellâm Onru"
InconnuTon Christ est juif
Tes chiffres sont arabes
Ton écriture est latine
Ta pizza est italienne
Ta démocratie est grecque
Ta voiture est japonaise
L'anis de ton pastis est égyptien
Ton essence est moyen-orientale
Ta télé est coréenne
Tes fringues sont chinoises
Ton hamburger est allemand
Ton whisky est écossais
Ton thé est indien
Ton café est brésilien
Ta choucroute est chinoise
Ton shit est marocain
Tes capotes sont anglaises
Ton chocolat est suisse
Ton coca est américain
Tes frites sont belges
Tes vacances sont espagnoles
Ton sucre est martiniquais

Et tu reproches à ton voisin d'être un étranger !
InconnuUn homme tomba dans un trou et se fit très mal.
Un Cartésien se pencha et lui dit : Vous n’êtes pas rationnel, vous auriez dû voir ce trou.
Un Spiritualiste le vit et dit : Vous avez dû commettre quelque péché.
Un Scientifique calcula la profondeur du trou.
Un Journaliste l’interviewa sur ses douleurs.
Un Yogi lui dit : Ce trou est seulement dans ta tête, comme ta douleur.
Un Médecin lui lança deux comprimés d’aspirine.
Une Infirmière s’assit sur le bord et pleura avec lui.
Un Thérapeute l’incita à trouver les raisons pour lesquelles ses parents le préparèrent à tomber dans le trou.
Une Pratiquante de la pensée positive l’exhorta : Quand on veut, on peut !
Un Optimiste lui dit : Vous auriez pu vous casser une jambe.
Un Pessimiste ajouta : Et ça risque d’empirer.

...Puis un enfant passa, et lui tendit la main...
InconnuMoi, homme noir,
Quand je suis né, j’étais noir
Quand j’ai grandi, j’étais noir
Quand je vais au soleil, je suis noir
Quand je suis malade, je suis noir
Quand j’ai peur, je suis noir
Quand je mourrai, je serai noir

Tandis que toi, homme blanc
Quand tu es né, tu étais rose
Quand tu as grandi, tu étais blanc
Quand tu vas au soleil, tu es rouge
Quand tu as froid, tu es bleu
Quand tu as peur, tu es vert
Quand tu es malade, tu es jaune
Quand tu mourras, tu seras gris

Alors, de nous deux, qui est l’homme de couleur ?
InconnuRègles pour un mariage heureux.

Ne pas s’endormir avant qu’une dispute ne soit résolue.

Ne critiquer son partenaire qu’avec tendresse.

Lors d’une dispute, s’arranger pour que l’autre ait raison.

Ne crier que si la maison est en flammes.

Ne pas évoquer les erreurs du passé.

Tout oublier, mais jamais son partenaire.

Ne pas se fâcher en même temps.

Savoir pardonner et demander pardon quand nécessaire.

Chaque jour faire un geste d’amour…
InconnuBonjour, je suis ton âme...

Tu ne me connais pas très bien et pourtant je suis toujours à tes côtés.

J’assiste à tous les événements de ta vie, sans
te juger, sans prendre parti ni te... commander. Pourtant, il m’arrive de partager tes malheurs et tes moments de bonheur, car je suis très liée à toi.

Je suis heureuse lorsque tu ris de bon cœur,
Lorsque tu pleures de joie, Lorsque tu laisses
ton regard flotter sur la ligne d’horizon,
Lorsque tu te connectes à la Nature,
Lorsque tu pries et lorsque tu médites.

Je suis heureuse lorsque tu donnes au mendiant,
Lorsque tu aides celui qui est dans le besoin,
Lorsque tu rends service à ton prochain.

Je suis heureuse lorsque tu ouvres ton cœur,
Lorsque tu aimes avec ferveur et sincérité.

Je suis malheureuse lorsque tu t’éloignes
de moi, Lorsque tu ignores les lois de la Vie,
Lorsque tu crois pouvoir tout faire par
Toi-même, Lorsque tu négliges ceux qui
t’aiment, Lorsque tu t’isoles de tout en
Pensant Fermement que tu as raison.

Je suis malheureuse lorsque tu ne crois plus en rien,
Lorsque tu épouses l’avarice, l’orgueil et la suffisance En pensant que le monde est fait
ainsi et que seule la réalité compte.

Je suis malheureuse mais je ne le montre pas.
Je suis malheureuse mais j’attends que tu
reviennes à moi, que tu me demandes conseil,
que tu pleures sur mon épaule.
À ce moment-là, je sais que je compte pour toi
Et je me sens de nouveau exister.

Oui, je suis ton âme et je t’aime.
Comme le capitaine du navire,
Je te laisse la barre et je te fais confiance,
Quoi qu'il arrive. Et comme le capitaine,
Sache que je n’abandonnerai jamais le navire...
Inconnu''Dans la vie, au levé, tu as deux choix : Soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve, soit tu te lève pour le réaliser.''
Inconnu''Celui qui est respectueux sans mesure est fatigant. Celui qui est franc sans mesure est insolent.''
Jésus '' D'où vient le vent ? Le sait-on jamais ? Parfois, lorsqu'on ne s'y attend pas, il monte pour chanter dans les arbres et inviter le nomade à revoir les assises de sa tente. Nul ne peut arrêter sa course ni le saisir moindrement.

Mon Père, voyez-vous, est comme le vent... Pareil à un Souffle, Il vient déranger votre chevelure sans qu'on L'ait vu venir. Il Lui arrive même de vouloir nous rappeler que nous sommes tous des nomades et que le plus beau des pâturages peut devenir un désert si l'on s'y attarde trop...

C'est cette vérité que je suis venu vous rappeler.

Cherchez d'où vient le Souffle, remontez son courant et repensez votre demeure. ''
Jésus'' Si vous passez vos jours à ne faire que ce qu'un Ancien vous montre, vous ne vivez pas, vous végétez...

Ainsi, si vous ne participez pas tant soit peu à l'écriture de la Création en lui communiquant votre parfum, vous passez à côté de votre rôle en ce
Monde ''
Jésus'' Si tu soulages trop l'autre du
fardeau qui aide ses muscles à se former, tu prolonge le fait qu'il soit chétif.

Aimer, voit-tu, ne signifie pas se
laisser emporter par le jeu des
émotions du moment.

Aimer vraiment, c'est lire l'âme de l'autre entre ses lignes et ne pas chercher à la ré-écrire à notre façon. ''
Jésus'' Je dis que (ce que vous nommez Satan) est tel un vent que l'Éternel a engendré pour votre avancement et auquel Il permet de circuler à travers les mondes... Mais je dis aussi qu'il est un vent que toute forme de vie consciente d'elle-même a la possibilité de nourrir ou non.

Je dis que si cette Puissance (...) a tant de pouvoir, c'est parce que nous lui prêtons main forte à chaque fois que, par l'usage de notre liberté, nous œuvrons dans le sens de la dissolution et non du rassemblement"
Jésus'' Celui qui ne s'interroge pas sommeille, celui qui ne contemple que le mur de la maison d'en face tourne en rond dans son proche champ.
Alors (...) sois heureux de tes faux-pas comme tu peux l'être de tes plus beaux élans, même si ceux-ci ont avortés... car la Vie se tisse à la façon d'une étoffe. Si l'horizontal ne se marie pas avec le vertical, rien ne naît ! ''
Jésus'' Ce n'est vers ce que vous appelez Dieu qu'il faut amener la race des hommes.

Il n'y a pas deux réalités qui se regardent. Il n'y a pas en vérité une Création qui contemple sont Créateur, ni de Père qui observe ses enfants en leurs donnant récompenses et châtiments. Il y a la Vie et vous êtes à la fois une partie et la totalité de celle-ci.

De la même façon, il est une flamme en vous qui est tout ensemble le reflet de l'Un et l'Un dans Sa globalité. ''
Jésus'' L'amour sans volonté est une fleur sans parfum, il lui manque une dimension : sa lumière dâme.''
Jésus'' Moins tu oses et plus les obstacles grandissent en toi.
Nul ne trace ton chemin à ta place, pas même un Maître car ton Maître définitif ce sera toujours toi et toi seul.''
Jésus'' Il faut des êtres qui créent des événements dérangeants, il faut des rebelles pour briser régulièrement cette pseudo-harmonie qu'est le sommeil de l'âme de ceux qui, tout au long de leur vie, se pense sur le ''bon chemin''.
De tels hommes ne créent pas souvent la paix de leur vivant mais ils en appellent une autre pour ceux qui viendrons après eux ; ils forcent les endormis à la croissance...
Ils sont ceux par qui les Temps avancent et accouchent d'une nouvelles consciences.''
Jésus'' Heureux serons ceux qui me recevront à travers leur intrépidité et leur détermination.
Heureux seront ceux qui ne m'attendront pas mais me feront croître en eux.
Ceux-là seront les artisans de Ce qui doit venir, inéluctablement. "
Khalil Gibran''J’ai appris le silence du bavard, la tolérance de l’intolérant, et la bonté du méchant. Je ne serais pas ingrat envers ces enseignants.''
Kyong Ho1 – Ne souhaitez pas une santé parfaite.
Une parfaite santé s’accompagne d’avidité et de désirs.
C’est pourquoi un Ancien disait:
''Transformez en une bonne médecine les douleurs de la maladie''.

2 – N’espérez pas une vie sans problèmes.
Une vie facile donne naissance à un esprit paresseux et catégorique.
C’est pourquoi un Ancien disait :
''Acceptez les angoisses et les difficultés de la vie.''

3 – Ne comptez pas sur votre pratique pour vous débarrasser à jamais des épreuves.
Sans épreuves, l’esprit qui cherche l’illumination peut perdre la raison.
C’est pourquoi un Ancien disait:
"Atteindre la délivrance au milieu des turbulences".
Lao TseuConnaître les autres, c'est sagesse.

Se connaître soi-même, c'est sagesse supérieure.

Imposer sa volonté aux autres, c'est force.

Se l'imposer à soi- même, c'est force supérieure.
Lao TseuIl n'est rien qui ne s'arrange par la pratique du non-agir.
Lao TseuLe sage vit dans la conscience des difficultés et n'en souffre pas.
Lao TseuL'homme maître de soi n'aura point d'autre maître.
Lao TseuLe bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur.
Lao TseuApprendre de ses erreurs, c'est bien.
Apprendre des erreurs des autres, c'est mieux.
Lao TseuSi vous êtes dépressif, vous vivez dans le passé,
si vous êtes anxieux, vous vivez dans le futur.
Si vous êtes en paix, vous vivez dans le présent.
Lao Tseu Il n'y a qu'une erreur, celle de les répéter.
Lao TseuQui ne pète ni ne rote est voué à l'explosion.
Le SageLe religieux s’en prend aux autres,

Le philosophe ne s’en prend qu’à lui-même,

Le sage ne s’en prend à personne même pas à lui-même.
Marthe RobinChercher Dieu, c’est la foi,

le trouver c’est l’espérance,

le connaître c’est l’amour,

le sentir c’est la paix,

le goûter c’est la joie,

le posséder c’est l’ivresse.
Père Jean-Marie CastelainSeigneur, j'ai le temps


Je suis sorti, Seigneur, Dehors les hommes sortaient.

Ils allaient, Ils venaient, Ils marchaient, Ils couraient.

Les vélos couraient, Les voitures couraient, Les camions couraient,
La rue courait, La ville courait,
Tout le monde courait. Ils couraient pour ne pas perdre de temps.
Ils couraient à la suite du temps, pour rattraper le temps, pour gagner du temps.

Au-revoir, monsieur, excusez-moi, je n’ai pas le temps. Je repasserai,
je ne puis attendre, je n’ai pas le temps.
Je termine cette lettre, car je n’ai pas le temps.
J’aurai aimé vous aider, mais je n’ai pas le temps.
Je ne puis accepter, faute de temps.
Je ne peux réfléchir, lire, je suis débordé, je n’ai pas le temps.
J’aimerais prier, mais je n’ai pas le temps.

Tu comprends, Seigneur, ils n’ont pas le temps :
L’enfant, il joue, il n’a pas le temps tout de suite... plus tard...
L’écolier, il a ses devoirs à faire, il n’a pas le temps... plus tard...
Le lycéen, il a ses cours et tellement de travail, il n’a pas le temps... plus tard...
Le jeune homme, il fait du sport, il n’a pas le temps... plus tard...
Le jeune marié, il a sa maison, il doit l’aménager, il n’a pas le temps... plus tard ...
Le père de famille, il a ses enfants, il n’a pas le temps... plus tard...
Les grands-parents, ils ont leurs petits-enfants, ils n’ont pas le temps... plus tard...
Ils sont malades... ils ont leurs soins, ils n’ont pas le temps... plus tard...
Ils sont mourants, ils n’ont... Trop tard !... ils n’ont plus de temps...

Ainsi les hommes courent tous après le temps, Seigneur.
Ils passent sur la terre en courant, pressés, bousculés, surchargés, affolés, débordés.
Et ils n’y arrivent jamais, il leur manque du temps,
Malgré tous leurs efforts, il leur manque du temps.

Seigneur, Tu as dû te tromper dans Tes comptes.
Il y a une erreur générale :
Les heures sont trop courtes, Les jours sont trop courts, Les vies sont trop courtes.
Toi qui es hors du temps, Tu souris, Seigneur, de nous voir nous battre avec lui.
Et Tu sais ce que Tu fais. Tu ne Te trompes pas lorsque Tu distribues le temps aux hommes,
Tu donnes à chacun le temps de faire ce que Tu veux qu’il fasse.
Mais il ne faut pas perdre du temps, gaspiller du temps, tuer le temps,
Car le temps est un cadeau que Tu nous fais, Mais un cadeau périssable,
Un cadeau qui ne se conserve pas.

Seigneur, j’ai le temps, J’ai tout mon temps à moi, Tout le temps que Tu me donnes,
Les années de ma vie, Les journées de ma vie,
Les journées de mes années, Les heures de mes journées,
Elles sont toutes à moi. A moi de les remplir, tranquillement, calmement,
Mais de les remplir tout entières, jusqu’au bord,
Pour Te les offrir, et que de leur eau fade Tu fasses un vin généreux,
comme jadis à Cana, Tu fis pour les noces humaines.

Je ne Te demande pas ce soir, Seigneur, le temps de faire ceci, et puis encore cela,

Je Te demande la grâce de faire consciencieusement, dans le temps que Tu me donnes,
ce que Tu veux que je fasse.
Raoul Follereau

Sourire150x161
Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup.
Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne.
Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel.
Personne n'est assez riche pour s'en passer.
Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter.
Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires.
Il est le signe sensible de l'amitié.
Un sourire donne du repos à l'être fatigué, donne du courage au plus découragé.
Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler, Car c'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne.
Et si toutefois, vous rencontrez quelqu'un qui ne sait plus sourire,
Soyez généreux donnez-lui le vôtre,
Car nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres.
Sagesse chinoiseUn homme très avare demanda à son ami d’aller acheter du vin pour leur dîner. L’ami lui demanda alors l’argent pour le payer mais l’avare dit :

Tout le monde est capable d’acheter du vin avec de l’argent. C’est trop facile ! s’en procurer sans dépenser le moindre sou, voilà qui est intéressant !

L’ami sortit sans ajouter un mot.
Un instant plus tard, il revint et lui tendit une bouteille vide à l’avare qui se mit en colère :

Mais où est le vin ? Il n’y en a pas la moindre goutte dans cette bouteille !

Tout le monde est capable de boire du vin quand la bouteille est pleine. C’est trop facile ! Étancher sa soif quand la bouteille est vide, voilà qui est intéressant !
Sagesse chinoiseCelui qui sait qu'il ne sait pas, éduque-le.

Celui qui sait qu'il sait, écoute-le.

Celui qui ne sait pas qu'il sait, éveille-le.

Celui qui ne sait pas qu'il ne sait pas, fuis-le.
Sagesse chinoiseRichesse , Succès , Amour

Un jour, une femme sortait de sa maison et vit 3 vieillards avec de longues barbes blanches, assis devant chez elle. Elle ne les reconnut pas.
Elle leur dit, Je ne pense pas vous connaître, mais vous devez avoir faim. Je vous en prie, entrez et je vous donnerai quelque chose à manger.

Est-ce que les enfants de la maison sont là ? ont-ils demandé.
Non, ils sont sortis, leur répondit-elle.
Alors nous ne pouvons pas entrer, ont-ils répondu.
En fin d'après-midi lorsque les enfants revinrent de l'école, la femme raconta son aventure avec les 3 hommes aux gamins.
Va leur dire que nous sommes à la maison et invite-les à entrer! dirent-ils à leur mère.
La femme sortit et invita les hommes à entrer dans la maison.

Nous n'entrons jamais ensemble dans une maison, ont-ils répondu.
Un des vieillards expliqua : « Son nom est ''Richesse'', dit-il en indiquant un de ses amis et, en indiquant l'autre, Lui c'est ''Succès'' et moi je suis ''Amour''.

Il a alors ajouté, Retourne à la maison et discute avec ta famille pour savoir lequel d'entre nous vous voulez dans votre maison.

La femme retourna à la maison et dit à sa famille ce qu'elle avait entendu.
Comme c'est étrange! », s'exclamèrent les enfants.
Puisque c'est le cas, nous allons inviter ''Richesse'' !
La mère n'était pas d'accord.
Pourquoi n'inviterions-nous pas ''Succès'' ? Votre père en aurait bien besoin dans ses affaires...

La plus petite, qui suçait encore son pouce, s'exprima à son tour.
Veux mamours, veux mamours...
Les parents fondirent devant tant de câlineries enfantines et la mère sortit inviter ''Amour'' à entrer...

''Amour'' se leva et commença à marcher vers la maison.
Les 2 autres se levèrent et le suivent.
Étonnée, la femme demanda à ''Richesse'' et Succès:
J'ai seulement invité ''Amour''. Pourquoi venez-vous aussi ?
Les vieillards lui répondirent ensemble :
Si vous aviez invité ''Richesse'' ou ''Succès'' les deux autres seraient restés dehors, mais puisque vous avez invité ''Amour'' partout où il va, nous allons
avec lui, puisque...
...partout où il y a de l'Amour,

il y a aussi de la Richesse et du Succès...
Sagesse chinoiseCHANCE, MALCHANCE, ... !!!

Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval.

Le cheval était si beau que les seigneurs du château voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours.
« Pour moi ce cheval n'est pas un animal, c'est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ? », demandait-il.
Un matin, il se rend à l'étable et le cheval n'est plus là.
Tous les villageois lui disent : « On te l'avait bien dit ! Tu aurais mieux fait de le vendre, maintenant, on te l'a volé... quelle malchance ! »

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »

Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec toute une horde de chevaux sauvages.
Il s'était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.
« Quelle chance ! » disent les villageois.

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »

Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages.
Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l'entraînement.
« Quelle malchance ! », disent ses amis. « Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t'aider ! »

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »

Quelques temps plus tard, l'armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles.
Tous les jeunes... sauf le fils du vieil homme, qui a la jambe cassée.
« Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer... »

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »

Ne décidons pas à l'avance si une chose est bonne ou mauvaise, accueillons là simplement et apprenons d'elle...
Sagesse ZenLa Vague...
<< Je me sens triste ! » dit une vague de l’océan en constatant que les autres vagues étaient plus grandes qu’elle. « Les vagues sont si grandes, si vigoureuses, et moi je suis si petite, si chétive. »

Une autre vague lui répondit : « Ne sois pas triste. Ton chagrin n’existe que parce que tu t’attaches à l’apparent, tu ne conçois pas ta véritable nature. »

« Ne suis-je donc pas une vague ? »

« La vague n’est qu’une manifestation transitoire de ta nature. En vérité tu es l’eau. »

« L’eau ? »

« Oui. Si tu comprends clairement que ta nature est l’eau, tu n’accorderas plus d’importance à ta forme de vague et ton chagrin disparaîtra. »

Avoir à l’esprit que l’humanité fait partie d’un ensemble est important. Car l’être humain se considère souvent comme le centre des choses en s’arrogeant des droits particuliers qui n’ont pas de raison d’être. Ainsi il ne voit chez son prochain que ce qu’il n’a pas, sans voir ce qu’il a déjà, et se cause les plus inutiles soucis.>>
TalmudFais attention à tes pensées, car elles deviendront tes paroles.

Fais attention à tes paroles, car elles deviendront tes actes.

Fais attention à tes actes, car ils deviendront tes habitudes.

Fais attention à tes habitudes, car elles deviendront ton caractère.

Fais attention à ton caractère, car il est ton destin.
The Principle of emptiness by JOSEPH NEWTON LE PRINCIPE DU VIDE

Réfléchissez…

Avez-vous l’habitude de conserver des objets inutiles, en pensant qu’un jour, qui sait quand, vous pourriez en avoir besoin ?

Avez-vous l’habitude d’accumuler de l’argent et de ne pas le dépenser parce que vous pensez que vous pourriez en manquer dans l’avenir?

Avez-vous l’habitude de mettre en réserve des vêtements, des chaussures, des meubles, des ustensiles et autres fournitures domestiques que vous n’avez pas utilisés pendant quelque temps déjà ?

Et en vous…? Avez-vous l’habitude de garder des reproches, du ressentiment, de la tristesse, des peurs et plus encore ?

Ne le faites pas ! Vous allez à l’encontre de votre prospérité !

Il est nécessaire de faire de la place, de laisser un espace vide pour permettre à de nouvelles choses d’arriver dans votre vie.

Il est nécessaire de vous débarrasser de toutes les choses inutiles qui sont en vous et dans votre vie afin que vienne la prospérité.

La force de ce vide est une force qui va absorber et attirer tout ce que vous souhaitez.

Tant que vous retenez matériellement ou émotionnellement des sentiments anciens et inutiles, vous n’aurez pas de place pour de nouvelles opportunités.

Les biens doivent circuler… Nettoyez vos tiroirs, les armoires, les ateliers, le garage.... Donnez ce que vous n’utilisez plus...

L’attitude qui consiste à garder un amas de trucs inutiles enchaîne votre vie en bas.

Ce ne sont pas les objets que vous gardez qui font stagner votre vie... mais plutôt l’attitude de garder...

Quand nous gardons en réserve, nous envisageons la possibilité du manque, de la Pénurie...

Nous croyons que cela pourrait manquer demain et que nous ne serons pas capables de satisfaire ces besoins…

Avec cette idée, vous envoyez à votre cerveau et à votre vie deux messages :
Que vous ne faites pas confiance à l’avenir...
et que vous pensez que ce qui est nouveau et ce qui est meilleur ne sont pas pour vous...

Pour cette raison, vous vous réconfortez en stockant de vieux trucs inutiles.

Danse comme si personne ne te regardait
Aime comme si tu n’avais jamais souffert avant
Chante comme si personne ne t’entendait
Vis Comme si le paradis était sur la terre !


Débarrassez-vous de ce qui a perdu ses couleurs et son éclat ...
Laissez entrer chez vous et en vous-mêmes ce qui est nouveau ...

Puissent la prospérité et la paix venir à vous rapidement
William Blake - PoèmeJe suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin,
et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon côté dit : « il est parti !»

Parti vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
sa coque a toujours la force de porter
sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en
moi, pas en lui.

Et juste au moment où quelqu'un prés de moi dit : «il est parti !»
il en est d'autres qui le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux s'exclament avec joie : «Le voilà !»

C'est ça la mort !
Il n'y a pas de morts.
Il y a des vivants sur les deux rives.
0